je lutte, donc je suis

 

Publicités

mitterrand, 20 ans déjà …

qu’il me soit permis à moi aussi, de célébrer l’anniversaire de la mort de mitran en évoquant quelques souvenirs.

j’eus 20 ans en 1957 et ma génération dut partir faire la guerre en algérie, guerre décidée par un gouvernement « socialiste », oui déjà, dont mitran était ministre de l’intérieur.

le même mitran, un peu plus tard ministre de la justice, laissa guillotiner 45 nationalistes algériens. ce n’est qu’en 2010, après sa mort, que ses faits d’armes furent révélés.

le point

la vidéo suivante montre ses talents, déjà, de faux-cul:

https://player.ina.fr/player/embed/I04167343/1/1b0bd203fbcd702f9bc9b10ac3d0fc21/560/315/1

c’est sous sa présidence que la peine de mort fut abolie ? Victor Hugo avait réclamé son abolition en 1848.

discours prononcé en 1848

je me démerdai pour ne pas y partir. beaucoup de mes copains y restèrent. d’autres en revinrent qui firent des cauchemars pendant des années.

tu savais ça quand tu as voté mitran ?

ici, quelques détails sur la vie de mitran

mitran le politichien

les voeux du président

t’as regardé les voeux du président, toi ?

moi, non !

11 millions de téléspectateurs qu’il a eus le gars. c’est pas rien. ils ont vraiment regardé et écouté, ou c’est juste que la télé tournant toute la journée chez la plupart des français, ça s’est trouvé comme ça ? et que ta télé elle soit sur la une, la deux ou la trois, de toute façon t’y coupait pas !!!

là, pour faire mon article, je regarde la vidéo, en coupant le son, j’adore fermer leur gueule aux hommes politiques. alors, là, je ferme la gueule au président et je regarde le film muet, la pièce de théâtre.

c’est une pièce de théâtre, avec les deux rideaux rouges. des colonnes dans le style romain, pour faire stylé, alors que c’est que du has been. le président s’adresse aux français, pas aux françaises. petit costard minable, à la couleur triste, coupé pour qu’on voie pas qu’il a du bide. et il récite. pas le swag ce président.

il te regarde dans les yeux pendant qu’il récite son laïus. enfin, tu crois qu’il te regarde dans les yeux, parce qu’en fait il regarde le « prompter », le machin où y’a son discours tout écrit qui défile. pendant les 10 minutes de son baratin, qu’a peut-être même pas été écrit par lui, il va pas quitter ce regard fixe.

même pas un bon acteur. de temps en temps des petits gestes étriqués, tout raides. les yeux figés.

un gars qui réfléchit , qui est habité, tu vois ses yeux qui bougent, en haut, en bas, à droite, à gauche. tu vois ses gestes, des mains qui parlent aussi. lui, c’est comme des yeux de merlan.

allez, pète un coup, t’es tout coincé.